Les oiseaux d’Adel

Aujourd’hui je vous présente un livre qui m’a ému à la première lecture, de par le thème abordé et la façon dont il est abordé. Je vous en avais parlé très succinctement sur la page Facebook, en vous conseillant d’aller le feuilleter, ne voulant pas vous révéler l’intégralité du livre. Il s’agit du livre « les oiseaux d’Adel » de Fatima Sharafeddine et Sara Sanchez, aux éditions Gallimard Jeunesse. 

7F60577C-C1E4-4523-AA89-83DAD689CC83

Si vous avez envie de garder le suspense, de le découvrir par vous-même, arrêtez-vous ici! 

Pour les plus curieux, je vous en dis tout de suite davantage! 

Il s’agit d’un petit garçon, Adel, qui est passionné d’origami. Lorsqu’il plie ses petits papiers, absolument rien ne peut le déconcentrer… et pour cause, le petit Adel est sourd. Nous le comprenons à la fin du livre. Une jolie manière d’aborder la surdité, les cinq sens et la notion de handicap avec les enfants. 

En voici des extraits : 

375427F4-E44E-46B8-9274-D6F24B44AFCB7846A7E5-8A97-46F4-956A-7EFD03C4359AF9E994C1-33D5-4DAF-9374-CDB733D233E6DA49E82B-A9DE-4042-B3FE-6A6ADB58225C

Bonne lecture 

Publicités

Les œuvres de Loulou

Aujourd’hui je vous montre les petits cadres que j’ai réalisés avec les peintures de Loulou pour les fêtes des mamies, et le cadre souvenir que je me suis fait avec les chutes des dessins que j’avais découpés.

F5B4C7E4-5E15-4094-A766-09E0DD286B44732FE2A8-884F-4158-8651-CF28066CDC690B6A7D9C-FFD8-4DCC-B6B7-4B7D99463A69

 

Livre de vie

Depuis quelques semaines, nous avons décidé avec un groupe d’amies, de réaliser un cahier de vie pour nos petits loups. Nous y consignons quelques mots sur le déroulement de nos journées. Nos enfants ne sont pas scolarisés, nous ne faisons pas de planning, nous privilégions les apprentissages informels, et nous proposons aussi des activités, des sorties, selon les intérêts de nos enfants. Ce support permet donc de garder une trace, pour nous surtout, mais aussi plus tard pour les contrôles annuels dont font l’objet les enfants non scolarisés.

J’ai décidé d’agrémenter ce cahier de petites photos. Vu l’état de mon imprimante, le coût des cartouches et le temps qu’il faut pour les imprimer, j’ai décidé d’opter pour une application photo. Après avoir comparé les applications existantes, j’ai choisi de faire confiance à Cheerz. Je choisis ainsi les photos dans mon téléphone et je les fais imprimer comme je le souhaite. J’ai opté pour le format mini Polaroïd pour ne pas surcharger le cahier. Je suis ravie. L’impression et le papier sont de très bonne qualité, la photo et les finitions parfaites. Je vous partage un code de réduction de 5€ sur votre première commande d’au moins 10€. Il suffira d’ajouter le code « ANG4WP » à votre panier.

Je vous montre une infime partie de ce cahier, tout comme ce blog vous montre une infime partie de nos vies. Le reste nous appartient, nous le gardons précieusement 😉 J’avais tout de même envie de vous présenter le principe qui peut aider d’autres familles, que les enfants soient scolarisés ou non, en apprentissages formels ou autonomes…

2E1BD461-8C4D-413D-9E34-21EAFF20C8D8

Les engins de chantier chez Piccolia

Aujourd’hui je vous présente une collection que je viens de découvrir et qui va certainement me ruiner! J’ai acheté le livre « Les engins de chantier » de la collection « Tout un monde en photos » des éditions Piccolia, et c’est un franc succès. Loulou est fan d’engins et de tracteurs depuis toujours, nous avons déjà pas mal de livres sur ce thème, nous en avons emprunté plusieurs en bibliothèque, mais celui-ci restera certainement un des plus chouettes! Il présente très simplement vingt-sept engins de chantier différents, par un texte court, avec les termes exacts, et de superbes photos des vraies engins (à la différence de certains livres où sont mis en scène ou photographiés des jouets). Les autres plus sont le poster offert avec le livre et le prix très abordable de cette collection.

À vous de juger :

B88354D7-3C13-4188-A8F4-EAD8D714976541B67070-8C30-4999-9573-4A2CF100D42B851353AE-EC9A-4D4D-A073-70E144BB04ACF2323CD8-A8C7-4568-881F-A301F58584AD

Loulou m’a déjà commandé « les trains, les tracteurs, les hélicoptères et les chevaux »! Amis, famille, si vous me lisez 😂

Maman, un coup de cœur

Attention, c’est une véritable pépite que je vous présente aujourd’hui! Le livre « maman » d’Hélène Delforge et Quentin Gréban, aux éditions Mijade. Je l’ai vu dans le rayon de ma librairie, la couverture m’a attirée comme un aimant, et quand je l’ai ouvert, quel émerveillement! De magnifiques illustrations mises en valeur sur ces pages grand format (35x28cm), des textes poétiques, justes, décapants, émouvants… Un régal! Je ne l’ai pas pris aujourd’hui, mais croyez-moi, je me l’offrirai un jour! Paraît que la fête des mères arrive bientôt… Je vous laisse le découvrir, et vous comprendrez très vite pourquoi il m’a plu! Il y a 66 pages, je n’ai pas eu le temps de lire tous les textes, mais ceux que j’ai lus étaient sublimes. Quant aux illustrations, j’ai pris le temps de toutes les admirer, et elles sont toutes sublimes!!!

91D2ED32-09BB-41D5-AC74-0E0C8C2C8A7E6C9973F8-9B04-439D-9CF3-2734E083BD815DBA6408-14E1-4DE6-897C-A4BE641A60C77F46E1C9-D747-45E3-ABC6-0FB58E37CB25

Je vous laisse lire la description des auteurs :

Maman. Un des premiers mots du monde. Un nom unique, porté par des milliards de femmes. Un mot pour dire l’amour, la tendresse, le lien, parfois le manque. Il y a autant de mamans qu’il y a d’enfants. Pourtant, sur tous les continents, lorsqu’elles prennent leur bébé dans les bras, les mamans se ressemblent.

Prenez le temps d’aller le feuilleter chez votre libraire, il en vaut vraiment la peine!

 

La culpabilité… la tienne ou la mienne?

Aujourd’hui, je voudrais vous parler de quelque chose que j’entends ou que je lis à longueur de temps. La culpabilité. Quand on devient parent, on entre dans un monde très particulier, où les personnes ont énormément de mal à se parler. Quelque soit le sujet, vous serez confrontés au fameux « c’est très culpabilisant ».

Tu allaites? Tu culpabilises toutes les mères qui n’ont pas allaité, qu’elles l’aient choisi, subi, ou qu’elles aient été très mal accompagnées ou conseillées. Tu cododotes? Tu culpabilises toutes ces mères qui ont choisi de ne pas dormir avec leur bébé, par conviction, envie, pression de l’entourrage ou autre. Tu portes? Tu culpabilises toutes celles qui préfèrent la poussette, ne sont pas convaincues du portage ou ne l’ont même jamais envisagé. Tu ne laisses pas pleurer ton bébé? Tu culpabilises toutes celles qui laissent pleurer parce qu’elles n’en peuvent plus ou celles qui ont suivi les conseils entendus ici ou là. Tu as un idéal de bientraitance? Tu culpabilises toutes celles qui crient, frappent, punissent, menacent leurs enfants parce qu’elles « ne peuvent pas faire autrement », sont épuisées, craquent un jour ou tous les jours. Tu ne laisses pas ton bébé en crèche ou chez une nounou? Tu culpabilises toutes ces mères qui n’ont pas le choix, parce qu’elles travaillent, ont plusieurs enfants, n’ont pas de famille, sont mamans solos. Tu ne scolarises pas ton enfant? Tu culpabilises toutes ces mères qui à nouveau n’ont pas le choix de faire autrement.

Et là j’ai envie de hurler « STOP »!

Déjà, la culpabilité, c’est quoi? Selon la définition du dictionnaire Larousse, il s’agit d’un «sentiment de faute ressenti par un sujet, que celle-ci soit réelle ou imaginaire ». Décortiquons un peu. Un sentiment : il s’agit d’un « état affectif complexe et durable lié à certaines émotions ou représentations ». Il fait donc intervenir l’affect, les émotions et les représentations de la personne. Il s’agit donc d’un état très personnel, complexe, et variable d’un moment à un autre. En plus, la définition nous dit que ce sentiment peut s’exprimer aussi bien si la faute est réelle, que si elle est imaginaire, donc faisant à nouveau intervenir l’affect, les émotions, les représentations, les expériences de la personne. Je vous ai perdus ou vous voyez où je veux en venir? La culpabilité est personnelle! Arrêtons de dire aux autres « tu culpabilises untel ou unetelle ». Si cette personne ressent de la culpabilité, peut-être qu’elle n’est pas au clair avec ces choses. Peut-être qu’elle n’a pas digéré le fait qu’elle n’ait pas allaité aussi longtemps qu’elle l’avait envisagé ou qu’elle regrette ses choix comme le cododo, peut-être qu’elle aurait aimé porter son enfant mais qu’elle n’a pas pris le temps de se renseigner sur ce qu’il se fait en matière de portage, peut-être qu’elle a laissé pleuré et que depuis elle a lu des choses qui font qu’elle regrette, peut-être qu’elle a continué à travailler ou à avoir des loisirs qui passaient avant ses enfants et qu’elle regrette maintenant de ne pas avoir passé assez de temps avec ses enfants, peut-être qu’elle était dans une merde pas possible et qu’elle a subi énormément de ses choix de vie comme le travail, la nounou ou la crèche… Alors quoi? Toutes celles qui ont fait autrement n’ont pas le droit de parler de leur vie, pour ne froisser personne?

Pourquoi ne pourrait-on pas simplement « échanger » entre parents? Parce que la parentalité est tellement riche, diverse, complexe, belle, éprouvante, époustouflante, épanouissante, épuisante… Il m’est arrivé de parler allaitement avec des mamans qui n’ont jamais allaité, de parler cododo avec des parents qui n’ont même jamais eu cette idée, de parler portage avec des mamans qui n’ont connu que la poussette… et cela se passait très bien, parce que les personnes en face de moi n’était pas fermées, sur la défensive, agressives, avec leurs opinions, leurs préjugés, mais au contraire désireuses d’apprendre, ou de partager tout simplement un bon moment avec moi. Et puis il y a ces autres conversations, où la personne est complètement fermée, dans le jugement, et se sert de cette fameuse « culpabilité » comme pour me dire « ferme ta gueule », pour clore la conversation, et c’est toutes ces situations qui m’agacent et me poussent à écrire aujourd’hui.

Alors ce qui est certain, c’est que lorsque l’on découvre quelque chose de fantastique comme la parentalité positive, on se demande pourquoi tout le monde ne s’en inspire pas, et on passe par une phase où l’on voudrait en parler à tout le monde, leur dire que c’est formidable. Mais passé cette phase d’excitation, on redevient un parent comme les autres, tout simplement désireux d’interactions sociales et d’échanges. Tu n’as pas fait de cododo ou porté ton enfant? Pas de souci, tu peux quand même venir t’assoir près de moi, on peut même parler un peu, partager un thé voire devenir amies! Mais arrête avec cette putain de culpabilité! Si tu la ressens, demande toi pourquoi, et une fois que tu seras au clair avec tes émotions, tu verras que je ne te veux aucun mal!

Un dernier petit mot sur le fameux « je n’ai pas le choix » qui m’agace tout autant. Ce n’est pas parce que vous avez fait certains choix, à un moment ou un autre de votre vie, qu’il faut rejeter la faute sur ceux qui n’ont pas fait les mêmes, s’en sortent autrement ou ont d’autres possibilités. C’est comme jalouser celui qui a tel travail, ça n’a ni queue ni tête! Cette personne a fait des choix, suivi des voies, fait des sacrifices et travaillé pour en arriver là. Si tu es admiratif, ne sois pas jaloux et méprisant. Et sois fier de tes propres choix. Assume les, ou essaie de ne pas mettre trop d’affect sur tes échecs.

Je suis une maman qui allaite, cododote, porte, qui ne laisse pas pleurer, qui est fan de parentalité positive, qui n’a jamais mis son fils en collectivité, qui travaille, qui a un enfant non scolarisé, qui est bien dans ses baskets et qui a des amis qui ont fait des choix très différents et qui adore discuter parentalité avec eux!

A03E8F56-DCE5-4410-82F5-8048B3FC25A0

Roches surprises

Aujourd’hui je vous parle des roches surprises. Une activité pour mon paléontologue en herbe! J’avais vu l’activité chez « les p’tits loups », et la recette ici

Il suffit d’emprisoner des « fossiles » dans cette pâte et de laisser sécher vos roches pendant plusieurs jours (une bonne semaine). Avec les quantités citées, j’ai réalisé 3 roches. Si vous n’aimez pas l’odeur du café, je vous conseille de les réaliser avec des gants et de les laisser sécher dans une pièce où vous ne vous posez pas.

Loulou s’est ensuite amusé à les casser avec son kit de paléontologue (marteau et burin en plastique) qu’il avait eu ici

Bon amusement!

Les charabiettes d’Ernest et Célestine

Vous connaissez Ernest et Célestine? Ici Loulou a découvert le dessin animé cet hiver au cinéma ainsi que les livres.

Cette semaine, nous avons décidé de faire des charabiettes pour le goûter! De bons sablés au miel comme les aiment le gros ours de Charabie et la petite souris!

IMG_7385.JPG

Voici la recette :

ingrédients :

-125g de margarine à température ambiante

– 30g de sucre complet

– 2 cuillères à soupe de miel

– 1 œuf

– 400g de farine

Mélanger les ingrédients dans l’ordre, former une boule de pâte, ajouter un peu de farine si la pâte est trop molle, une cuillère à soupe d’eau à la fois si elle est trop friable.

Étaler la pâte entre deux feuilles de papier sulfurisé, et laisser reposer au réfrigérateur minimum 10 Minutes.

Préchauffer le four à 180 degrés et découper des formes à l’emporte-pièce. Les mettre sur une plaque recouverte d’une feuille de cuisson, enfourner pour 10 Minutes. Surveillez la cuisson, elle dépendra de l’épaisseur de vos biscuits. Si vous les voulez moelleux faites les épais, si vous les préférez croustillants, abaissez la pâte un maximum.

Bon appétit!

 

Dés comme dessins!

Aujourd’hui je vous présente une activité vue chez « les p’tits loups »! Loulou a aimé et s’est appliqué à reproduire les formes.

IMG_7384

Il vous suffit de customiser des dés. Un avec de la couleur, et au moins un autre avec des motifs. À chaque lancé de 2 dès, l’enfant peut reproduire une forme avec la couleur désignée.

Bon amusement!